Mère de Dieu

 Pages de la prière

Priez sans cesse

par Évagre le Pontique (+ 399)

Évagre le Pontique, S. Jean Climaque (centre), hiérarque inconnu (illumination 17e s.)

Évagre le Pontique, S. Jean Climaque (centre),
hiérarque inconnu (illumination 17e s.)


La prière est une conversation de l’intelligence [noûs, aussi esprit, âme, cœur] avec Dieu : quel état ne lui est donc pas nécessaire pour se tendre sans retour en arrière, aller à son Seigneur et converser avec lui sans aucun intermédiaire ?

Moïse, lorsqu’il voulut s’approcher du buisson ardent, en fut empêché jusqu’à ce qu’il eût ôté ses chaussures : comment toi qui prétends voir celui qui surpasse toute pensée et tout sentiment, ne te dégages-tu pas de toute pensée passionnée ?

Prie d’abord pour obtenir le don des larmes afin d’attendrir par la componction la dureté inhérente à ton âme et, en confessant contre toi ton iniquité au Seigneur, obtenir de lui ton pardon.

Tiens-toi vaillamment et prie énergiquement ; écarte les préoccupations et les réflexions qui se présentent, car elles te troublent et t’agitent pour énerver ta vigueur.

Les démons te voient-ils plein d’ardeur pour la vraie prière ? Ils te suggèrent la pensée de certains choses qu’ils te représentent comme nécessaires. Puis ils ne tardent pas à exaspérer le souvenir qui s’y attache, en portant l’intelligence à les rechercher. L’intelligence ne les trouve pas et elle s’attriste vivement et se chagrine. Venu le temps de la prière, ils lui remettent alors en mémoire les objets de ses recherches et de ses souvenirs afin qu’amollie par ces associations, elle manque la prière fructueuse.

Efforce-toi de rendre ton intellect, pendant la prière, sourd et muet : ainsi tu pourras prier.

La prière est un rejeton de la douceur et de l’absence de colère. La prière est un fruit de la joie et de la reconnaissance. La prière est exclusion de la tristesse et du découragement.

Ne te contente pas de prier dans les attitudes extérieures, mais porte ton intelligence au sentiment de la prière spirituelle avec grande crainte.

Parfois, à peine te seras-tu mis en prière, que tu prieras bien ; parfois, au contraire, malgré de grands efforts, tu n’atteindras pas le but. C’est pour que tu cherches davantage, et qu’après avoir obtenu le résultat, tu le possèdes à l’abri de tout ravisseur.

La prière sans distraction est l’intellection la plus haute de l’intelligence.

La prière est une ascension de l’intelligence vers Dieu.

Si tu ambitionnes la prière, renonce à tout pour obtenir le tout.

Que tu pries avec des frères ou bien seul, efforce-toi de prier non par habitude, mais avec sentiment.

Ton intelligence divague-t-elle pendant la prière ? c’est qu’elle ne prie pas encore en moine, qu’elle est encore du monde et occupée à décorer la tente extérieure.

Si tu es théologien, tu prieras vraiment, et si tu pries vraiment, tu es théologien.

Ne te figure pas la divinité en toi lorsque tu pries, ni ne laisse ton intelligence accepter l’empreinte d’une forme quelconque ; tiens-toi en immatériel devant l’Immatériel et tu comprendras.

Tu ne saurais posséder la prière pure si tu es embarrassé de choses matérielles et agité de soucis continuels, car la prière est démission des pensées.

La prière est l’activité qui sied à la dignité de l’intelligence ; elle est l’usage le plus excellent et le plus complet de celle-ci.

Bienheureuse l’intelligence qui, dans une prière sans distraction, acquiert toujours de nouveaux accroissements d’amour pour Dieu.

Moine est celui qui est séparé de tous et uni à tous.

Est moine celui qui s’estime un avec tous, par l’habitude de se voir lui-même en chacun.

La vue est le meilleur de tous les sens ; la prière est la plus divine de toutes les vertus.

L’excellence de la prière ne réside pas dans la simple quantité mais dans la qualité.

C’est lorsque tu seras parvenu, dans ta prière, au-dessus de toute autre joie qu’enfin, en toute vérité, tu auras trouvé la prière.

Évagre le Pontique, Traité sur la prière.
Jean Gouillard, Petite Philocalie de la prière du cœur,
Seuil, 1979. Traduction complète dans La Philocalie
des Pères neptiques
I, DDB-J.C. Lattès, 1995.


Pages de la prière
Début de la Page Page d'Accueil

Dernière mise à jour : 10-11-07