Divine Liturgie du Saint Apôtre Jacques Frère du Seigneur

Saint apôtre Jacques Frère du Seigneur

Fresque du saint apôtre Jacques
Frère du Seigneur


DIVINE LITURGIE

DU SAINT APÔTRE JACQUES

FRÈRE DU SEIGNEUR

Traduit de l’anglais par Valère De Pryck et Paul Ladouceur
avec le concours de Stéphane Robin

Cette version de la Liturgie de saint Jacques, préparée à partir d’une traduction anglaise, est provisoire, en attendant que des hellénistes fassent une traduction française directement du grec. Nous l’offrons à nos lecteurs afin de permettre une meilleure connaissance de cette Liturgie ancienne, qui fait parti du rite byzantin.


INTRODUCTION À LA VERSION ANGLAISE *

PRIÈRE DE LA PRÉPARATION *

PRIÈRE DE L’ENCENS À L’ENTRÉE *

TRISAGION ET ÉPÎTRE *

LA PRIÈRE DE L’ENCENS *

ÉVANGILE *

PRIÈRE APRÈS LE SAINT ÉVANGILE *

PRIÈRES DE LA PROTHÈSE *

PRIÈRE DU BAISER *

 

LA PRIÈRE DE L’OFFRANDE *

PRIÈRE DU VOILE *

SANCTUS *

CONSÉCRATION *

ÉPICLÈSE *

INTERCESSIONS *

NOTRE PÈRE *

COMMUNION *

LA PRIÈRE DE L’ENCENS –
ACTIONS DE GRÂCES
*


INTRODUCTION À LA VERSION ANGLAISE

La Divine Liturgie de saint Jacques, célébrée jusqu’à récemment seulement sur l’île de Zakynthos le jour de sa fête le 23 octobre et à Jérusalem le dimanche après Noël, est célébrée aujourd’hui dans un nombre grandissant d’églises orthodoxes. C’était l’ancien rite de Jérusalem, comme compris dans les Catéchèses mystagogiques de saint Cyrille de Jérusalem. Sous sa forme syriaque, elle est encore la liturgie principale de l’Église orientale syriaque, à la fois dans l’Église syriaque et l’ancienne Église orthodoxe syriaque d’Inde, où elle est célébrée en malayalam et en anglais.

Cette traduction basée sur la Liturgie grecque de saint Jacques est provisoire et expérimentale, principalement parce que les éditions disponibles de cette Liturgie ne sont pas d’accord entre elles. La seule édition critique est celle de Dom B.-Ch. Mercier dans le Tome 26 de la Patrologia orientalis en 1950. Celle-ci est extrêmement savante et érudite, mais tout-à-fait inutilisable comme édition pratique, ce qui n’en était pas l’intention. On peut trouver d’autres éditions érudites dans les Greek Liturgies de Swainson (1884) et dans les Liturgies Eastern and Western (1859) de Brightman. Neale et Littledale ont édité une traduction anglaise dans leur Translations of the Primitive Liturgies (1859), qui suggère de façon charmante dans une des notes de bas de page, que saint Paul en fait y fait allusion dans ses Épîtres. Des éditions " pratiques " du grec ont été éditées par la Diaconie apostolique à Athènes et par le séminaire Holy Cross aux États-Unis {1988}.Cette dernière possède une traduction anglaise parallèle. Ces deux éditions ont été fortement abrégées et " byzantinisées ". Une version slavonne du grec, faite par le père Philip Gardner, a été autorisée par l’Église orthodoxe russe hors-frontières en 1938. Celle-ci a été traduite, par le monastère Saint-Marc-d’Éphèse au New Jersey quarante années plus tard, dans un anglais " hyper-cranmerien " [anglais formel des XVIe-XVIIe siècles utilisé par Shakespeare et dans la " King James Version " de la Bible (1611)], que l'on retrouve même dans l’introduction. Cette version est abondamment fournie de rubriques très détaillées mais parfois contradictoires, bien qu’on ne sache pas très bien leurs origines. Comme les deux éditions modernes en grec, la Liturgie est abrégée et " byzantinisée ".

La traduction que nous présentons a comme base l’édition de Mercier et essaie autant que faire se peut de donner une version fiable du meilleur texte disponible. Cependant, puisqu’elle a aussi été réalisée pour être célébrée, la très longue commémoration des saints vers la fin de l’Anaphore a été fortement écourtée. D’autre part, elle préserve un nombre de " doublets " probables de prières dans les manuscrits. Il est à noter que le rite de la Fraction suppose qu’un type de prosphore " syriaque " est utilisé, c’est-à-dire un pain mince et plat d’environ 7,5 cms de diamètre, plutôt que la prosphore byzantine usuelle. La Fraction est également facilitée si le sceau employé est de type syrien, divisé en sections et couvert de petites croix.

J’espère réviser cette version à l’avenir et la compléter par l’ajout du long catalogue des saints. Ce que nous présentons ici est fait dans l’espoir que les magnifiques prières de cette ancienne Liturgie puissent être plus largement connues à la fois dans et à l’extérieur de l’Église.

Archimandrite Ephraïm
Monastère de Saint André le Premier-Appelé
Manchester, Angleterre


DIVINE LITURGIE DU

SAINT APÔTRE JACQUES

 

PRIÈRE DE LA PRÉPARATION

PRÊTRE : Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit, Trinité unique, simple et indivise, qui nous unit et qui elle-même nous sanctifie et donne la paix à nos vies, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

Implorant ensuite Dieu pour lui-même, le prêtre dit :

Souillé comme je suis par de nombreux péchés, ne me rejette pas complètement, Maître, Seigneur, notre Dieu. Car voici, je m’approche de ce mystère divin et céleste, non pas comme si j’étais digne, mais considérant ta bonté, j’élève ma voix vers toi ; Seigneur, aie pitié de moi, pécheur. Car j’ai péché devant le ciel et devant toi, et je ne suis pas digne de lever mes yeux vers ta Table sacrée et spirituelle, sur laquelle ton Fils Unique-engendré, Notre Seigneur Jésus Christ est mystiquement rendu présent par moi, pécheur taché de toute souillure. C’est pourquoi je te supplie, que ton Esprit, le Consolateur, descende sur moi, me fortifiant et me préparant à ce ministère. Et accorde que, sans condamnation, je puisse proclamer la parole que tu as prononcée au peuple dans le Christ Jésus Notre Seigneur, en qui tu es béni avec ton très saint, vivifiant et consubstantiel Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

Devant les portes royales, au moment où le clergé
est sur le point d’entrer, le prêtre prononce ces paroles :

Gloire au Père et au Fils et et au Saint Esprit, triple et unique lumière de la Divinité, qui existe individuellement dans la Trinité et est divisée sans division. Car le Dieu unique est Trinité ; les cieux chantent sa gloire, tandis que la terre proclame sa domination, la mer sa puissance et toute créature matérielle et immatérielle sa grandeur. Car à lui appartiennent toute gloire, honneur, puissance, grandeur et magnificence, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

CHŒUR : Amen.

Ensuite le prêtre commence les prières initiales :

Ô Roi bienfaisant des siècles et Créateur de tout, reçois ton Eglise qui s’approche de toi par ton Christ. Accomplis ce qui est profitable pour chacun d’entre nous, conduis toute chose à sa perfection, et rends-nous dignes de ta grâce sanctifiante, en nous rassemblant tous dans ton Eglise sainte, catholique et apostolique, que tu as acquise par le précieux sang de ton Fils Unique-engendré, notre Seigneur et Sauveur, Jésus Christ, avec qui tu es béni et glorifié, ensemble avec ton très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

DIACRE : Amen.

PRÊTRE : Paix à tous.

CHŒUR : Et à ton esprit.

DIACRE : Prions le Seigneur.

CHŒUR : Kyrie eleison.

PRIÈRE DE L’ENCENS À L’ENTRÉE

PRÊTRE : Ô Dieu, notre Dieu ! Comme tu as reçu les dons d’Abel, les sacrifices de Noé et d’Abraham, et l’offrande d’encens d’Aaron et de Zacharie, reçois aussi de nos mains pécheresses cet encens comme un suave parfum pour la rémission de nos péchés et ceux de tout ton peuple.

Car tu es béni et c’est à toi que revient toute gloire, honneur et adoration, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

Le diacre encense et commence le chant Fils unique et Verbe de Dieu,
et les chantres chantent le Tropaire pour l’entrée du clergé avec le Saint Evangile.

CHŒUR : Fils unique et Verbe de Dieu, toi qui es immortel,
et qui daignas pour notre salut
t’incarner de la Sainte Mère de Dieu
et toujours Vierge Marie,
et qui sans changement
te fis homme
et fus crucifié, ô Christ Dieu,
par la mort ayant vaincu la mort,
étant l’Un de la Sainte Trinité,
glorifié avec le Père et le Saint-Esprit,
sauve-nous.

Lorsque ceux qui entrent arrivent au milieu de l’église, où un lutrin a été placé, ils y placent le Saint Évangile et se dirigent vers le sanctuaire. Le prêtre, debout devant les portes royales, dit à voix haute :

PRÊTRE : Dieu tout puissant, dont le nom est grand, qui nous donne d’entrer dans le Saint des Saints par la venue de ton Fils unique engendré, notre Seigneur et Dieu et Sauveur, Jésus Christ, nous supplions et implorons ta bonté. Puisque nous sommes remplis de crainte et de tremblement tandis que nous sommes prêts à nous trouver devant ton saint autel, envoie ta bonne grâce sur nous, sanctifie nos âmes, nos corps et nos esprits et change nos pensées en une bonne dévotion, afin qu’avec une conscience pure, nous puissions t’offrir des dons, des présents, des fruits pour la rémission de nos péchés, pour le pardon de tout ton peuple, par la grâce et l’amour des hommes de ton Fils unique engendré, avec qui tu es béni ainsi qu'avec ton très saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

CHŒUR : Amen.

Le prêtre entre dans le sanctuaire. Faisant face au peuple, le diacre dit :

En paix, prions le Seigneur.

CHŒUR : Kyrie eleison. (après chaque demande)

Pour la paix qui vient d’en haut, l’amour de Dieu pour l’humanité et le salut de nos âmes, prions le Seigneur.

Pour la paix du monde entier et l’union de toutes les saintes Églises de Dieu, prions le Seigneur.

Pour le salut et notre très saint père et patriarche/métropolite/archevêque/évêque N., tout le clergé et le peuple qui aime le Christ, prions le Seigneur.

Pour le pardon de nos péchés et la rémission de nos offenses, pour que nous soyons délivrés de tout malheur, colère, danger, contrainte et de toute attaque ennemis, prions le Seigneur.

Souvenons-nous de notre très sainte, pure, très glorieuse et bénie Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, du saint et glorieux prophète, précurseur et baptiste Jean, des saints, divins et illustres apôtres, des glorieux prophètes et des martyrs victorieux et de tous les saints et justes, que par leurs prières et intercessions nous obtenions le pardon.

CHŒUR : Kyrie eleison.

TRISAGION ET ÉPÎTRE

Le prêtre s’incline et dit à voix basse :

PRÊTRE : Ô toi compatissant et miséricordieux, qui as subi de grandes souffrances, qui es plein de miséricorde et de vérité, Seigneur, regarde de ton séjour saint, prête l’oreille à nous qui te supplions, et délivre-nous de toute épreuve et tentation humaine ou diabolique. Ne nous prive pas de ton aide et ne nous soumets pas à un châtiment plus lourd que nous ne pouvons supporter. Car nous ne sommes pas capables de vaincre ce qui s’oppose à nous, tandis que toi, Seigneur, tu as le pouvoir de nous garder de toute adversité. Sauve-nous, ô Dieu, des difficultés de ce monde selon ta bonté, de sorte qu’étant entré à ton saint autel avec une conscience pure, nous puissions sans condamnation t’offrir avec les Puissances célestes l’hymne bénie et trois fois sainte et accomplir le ministère divin qui t’est agréable, et être trouvés dignes de la vie éternelle.

(À voix haute)

Car tu es saint…

CHŒUR : Saint Dieu, saint Fort, saint Immortel, aie pitié de nous. (3 fois)
Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit.
Maintenant et pour toujours et dans les siècles des siècles. Amen.
Saint Immortel, aie pitié de nous.

DIACRE : Avec puissance.

CHŒUR : Saint Dieu, saint Fort, saint Immortel, aie pitié de nous.

Après ceci le prêtre donne la bénédiction et dit :

PRÊTRE : Paix à tous.

CHŒUR : Et à ton esprit.

DIACRE : Sagesse.

Le lecteur, alternant avec le chœur, chante le Prokimenon.

DIACRE : Sagesse.

Le lecteur lit le titre de l’Épître du jour.

DIACRE : Soyons attentifs.

Le lecteur lit le texte de l’Épître. À la fin le prêtre dit :

PRÊTRE : Paix à toi.

LECTEUR : Et à ton esprit. Alléluia. Alléluia, Alléluia.

LA PRIÈRE DE L’ENCENS

Pendant le chant de l’Alléluia, le diacre prend l’encensoir, reçoit la bénédiction du prêtre et vient encenser le saint Évangile. Le prêtre dit à voix basse :

PRÊTRE : À toi, Seigneur notre Dieu, à qui appartiennent tous parfums et toutes joies, nous t’offrons cet encens venant des biens que tu nous as donnés. Qu’il s’élève, nous t’en prions, de nos pauvres mains à ton saint autel au-dessus des cieux comme un parfum de conciliation et de pardon pour nos péchés et pour ceux de tout ton peuple ; par la grâce, la compassion et l’amour pour les hommes de ton Fils Unique-engendré, avec lequel tu es béni, ainsi qu'avec ton très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

DIACRE : Disons-tous, Kyrie eleison (ou, selon l’usage local : Seigneur prends pitié)

CHŒUR : Kyrie eleison. (et après chaque demande)

Seigneur Tout puissant qui es aux cieux, Dieu de nos pères, nous te prions, écoute-nous.

Pour la paix du monde entier et l’union de toutes les saintes églises, nous te prions, écoute-nous.

Pour le salut et l’assistance de notre très saint père et patriarche/ métropolite/ archevêque/ évêque N., tout le clergé et le peuple qui aime le Christ, nous te prions, écoute-nous.

Pour notre pays et ceux qui le gouvernent et tous ceux qui exercent l’autorité, nous te prions, écoute-nous.

Pour cette cité, toute cité, ville et village, nous te prions, écoute-nous.

Pour être délivrés de toute affliction, colère, danger, contrainte, captivité, mort subite et de nos iniquités, nous te prions, écoute-nous.

Pour le peuple ici présent et qui attend de toi grande et abondante miséricorde, nous t’implorons aie compassion et pitié. Ô Dieu, sauve ton peuple et bénis ton héritage. Visite ton monde avec compassion et pitié. Élève la force des chrétiens par la puissance de la Croix précieuse et vivifiante, par l’intercession de la toute pure et bénie, notre souveraine la Mère de Dieu, du Précurseur, de tes Apôtres et de tous tes Saints, nous t’implorons, très miséricordieux Seigneur, écoute nos prières et prends pitié.

CHŒUR : Kyrie eleison (3 fois).

ÉVANGILE

PRÊTRE (à voix basse) :

Fais luire dans nos cœurs la lumière incorruptible de la connaissance de ta divinité, ô Seigneur, ami des hommes, et ouvre les yeux de notre intelligence pour que nous comprenions ton message évangélique. Inspire-nous aussi la crainte de tes saints commandements, afin que nous menions une vie spirituelle, ayant foulé aux pieds tout désir charnel, ne pensant et n’agissant qu’à la seule fin de te plaire,

(À voix haute)

Car tu es l’illumination de nos âmes et de nos corps, ô Christ Dieu, et nous te rendons gloire, avec ton Père éternel et ton Esprit très Saint, bon et vivifiant, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

CHŒUR : Amen.

DIACRE : Debout. Écoutons le saint Évangile.

PRÊTRE : Paix à tous.

CHŒUR : Et à ton esprit.

DIACRE : Lecture du saint Évangile selon saint N.

CHŒUR : Gloire à toi, Seigneur, gloire à toi.

PRÊTRE : Soyons attentifs.

Le diacre lit l’Évangile du jour. À la fin le prêtre dit :

PRÊTRE : Paix à toi qui as lu.

CHŒUR : Gloire à toi, Seigneur, gloire à toi.

Ensuite le prêtre commente la parole de Dieu.

À la fin le diacre, debout devant les Portes Saintes, faisant face au peuple, dit :

DIACRE : Soyons attentifs. En paix prions le Seigneur.

CHŒUR : Kyrie eleison. (et après chaque demande)

Pour la paix du monde entier et l’union de toutes les saintes Églises, prions le Seigneur.

Pour le salut et l’assistance de notre très saint évêque N., de tout le clergé et du peuple chrétien qui aime le Christ, prions le Seigneur.

Pour le pardon de nos péchés et la rémission de nos offenses, et pour être délivré de toute affliction, colère, danger et contrainte et de l’assaut des ennemis, prions le Seigneur.

Que ce jour puisse être parfait, saint, paisible et sans péché, prions le Seigneur.

CHŒUR : Accorde, Seigneur.

Pour un ange de paix, un guide fidèle, un gardien de nos âmes et de nos corps, prions le Seigneur.

Pour le pardon et l’absolution de nos péchés et offenses, demandons au Seigneur.

Que nous puissions vivre le reste de nos jours en paix et en bonne santé, demandons au Seigneur.

Pour une fin chrétienne de notre vie, sans souffrance, sincère et paisible, et une bonne défense devant le redoutable tribunal du Christ, prions le Seigneur.

Nous souvenant de la toute sainte, pure, très glorieuse et bénie Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, du saint et glorieux prophète, précurseur et baptiste, Jean, et des divins et illustres apôtres, des glorieux prophètes et triomphants martyrs, avec les saints et les justes, confions-nous nous-mêmes les uns les autres et toute notre vie au Christ notre Dieu.

CHŒUR : À toi, Seigneur.

PRIÈRE APRÈS LE SAINT ÉVANGILE

PRÊTRE (à voix basse) :

Tu as fait retentir en nous tes paroles divines et salvatrices, Ô Dieu, illumine nos âmes, à nous pécheurs, afin que nous puissions comprendre ce qui a été lu, de sorte que nous ne soyons pas seulement des auditeurs de chants spirituels, mais également des acteurs de bonnes choses, gardant une foi sans prétention, une vie sans blâme et une conduite irréprochable.

(À voix haute) :

En Jésus Christ notre Seigneur, avec lequel tu es béni et glorifié, ensemble avec ton très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

CHŒUR : Amen.

PRÊTRE : Paix à tous.

CHŒUR : Et à ton esprit.

DIACRE : Inclinons la tête devant le Seigneur.

CHŒUR : Devant toi, Seigneur.

Le prêtre dit en s’inclinant :

PRÊTRE (à voix basse) :

Bon Maître, Créateur de la vie et Donateur de toutes bonnes choses, toi qui donnes aux mortels l’espérance sacrée de la vie éternelle, notre Seigneur Jésus Christ, rends-nous dignes aussi d’accomplir ce divin service en toute sainteté, afin que nous jouissions du bonheur éternel dans la béatitude à venir.

(À voix haute) :

Qu’étant toujours gardés par ta puissance et guidés vers la lumière de la vérité, nous puissions te rendre gloire et grâces, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

CHŒUR : Amen.

DIACRE : Chantons dans la paix du Christ.

Que nul catéchumène, que nul de ceux qui ne sont pas encore initiés aux choses sacrées, que nul de ceux qui ne peuvent pas prier avec nous ne reste ici. Reconnaissons-nous les uns les autres. Les portes ! Levons-nous tous.

Le chœur chante lentement et solennellement l’hymne suivant [c’est l’hymne de la Grande Entrée de la liturgie du Samedi saint] :

Que fasse silence toute chair mortelle,
qu’elle se tienne immobile, avec crainte et tremblement,
et que rien de terrestre n’occupe sa pensée,
car le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs
s’avance pour être immolé
et donné en nourriture aux fidèles
précédé des chœurs angéliques,
avec toutes les Principautés et les Puissances des cieux,
les Chérubins aux yeux innombrables et les Séraphins aux six ailes,
qui se couvrent la face et chantant l’hymne sainte :
Alléluia, Alléluia, Alléluia.

PRIÈRES DE LA PROTHÈSE

Après que les saints Dons aient été placés sur le saint autel, ils sont recouverts avec l’aër et le prêtre dit :

Ô Dieu, notre Dieu, qui envoyas le Pain du ciel, nourriture pour le monde entier, notre Seigneur et Dieu Jésus Christ, comme notre Sauveur, Rédempteur et Bienfaiteur pour nous bénir et nous sanctifie, bénis cette offrande et reçois la sur ton autel céleste. Dans ta bonté et ton amour pour les hommes, sois attentif à ceux qui te l’ont offerte et à ceux pour qui ils l’ont offerte et accorde toutes les demandes qui servent à leur salut ; et comme nous célébrons tes divins mystères, garde nous sans condamnation. Car ton Nom très honoré et majestueux, Père, Fils et Saint Esprit, est sanctifié et glorifié maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

Il encense les saints Dons et dit :

Maître tout puissant, Roi de gloire, Dieu qui connais toutes choses avant qu’elles ne viennent à l’existence, sois présent parmi nous, alors que nous faisons appel à toi en ce moment sacré et rachète-nous de la honte des transgressions. Purifie notre esprit et nos pensées des désirs souillés, des tromperies mondaines et de toute opération du diable, et accepte de nos mains pécheresses l’encens de bonne odeur, comme tu as accepté l’offrande d’Abel, de Noé, d’Aaron et de Samuel et de tous tes saints, nous délivrant de toute action mauvaise et nous gardant sans danger, afin que nous te plaisions en toute chose et te glorifions et t’adorions, toi notre Père et ton Fils Unique-engendré et ton très Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

DIACRE : Sagesse, soyons attentifs.

Le prêtre commence le Credo, disant les premières paroles : " Je crois en en un seul Dieu… "

CHŒUR : Je crois en un seul Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre et de toutes les choses visibles et invisibles. Et en un seul Seigneur Jésus Christ, Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles, lumière de lumière, vrai Dieu de vrai Dieu, engendré, non créé, consubstantiel du Père, par qui tout a été fait. Qui pour nous les hommes et pour notre salut est descendu des cieux, s'est incarné du Saint Esprit et de la Vierge Marie et s'est fait homme. Il a été crucifié pour nous sous Ponce Pilate, a souffert et a été enseveli et il est ressuscité le troisième jour selon les Écritures. Et il est monté aux cieux et siège à la droite du Père et il reviendra en gloire, juger les vivants et les morts et son règne n'aura point de fin.

Et en l'Esprit-Saint, Seigneur qui donne la vie, qui procède du Père, qui est adoré et glorifié avec le Père et le Fils, qui a parlé par les prophètes.

Et en l'Église une, sainte, catholique et apostolique. Je confesse un seul baptême en rémission des péchés, j'attends la résurrection des morts et la vie du siècle à venir. Amen.

PRIÈRE DU BAISER

PRÊTRE (à voix basse) :

Ô Dieu et Maître de tout, toi qui aime l’humanité, rends-nous digne de cette heure, d’indignes que nous sommes, afin que, purifiés de toute fausseté et hypocrisie, nous puissions être unis les uns aux autres par le lien de la paix et de l’amour, confirmés par la sanctification de ta connaissance divine par ton Fils Unique-engendré, notre Seigneur Jésus Christ, avec qui tu es béni, ensemble avec ton très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

DIACRE : Levons-nous avec crainte et prions le Seigneur.

CHŒUR : Kyrie eleison.

PRÊTRE (à voix haute) :

Car tu es un Dieu de paix, d’amour, de pardon, de compassion et d’amour pour les hommes, avec ton Fils Unique-engendré et ton très saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

CHŒUR : Amen.

PRÊTRE : Paix à tous.

CHŒUR : Et à ton esprit.

DIACRE : Aimons-nous les uns les autres avec un saint baiser.

Après le baiser, le diacre dit :

DIACRE : Inclinons nos têtes devant le Seigneur.

CHŒUR : Devant toi, Seigneur.

Le prêtre s’incline et dit à voix basse :

PRÊTRE : Unique Seigneur et Dieu de pitié, qui demeure au plus haut et regarde les choses d’en bas, envoie ta grâce sur ceux qui inclinent leur tête devant ton saint autel et qui cherchent les dons spirituels qui viennent de toi et bénis-nous de toute bénédiction spirituelle qui ne peut être enlevée.

(À voix haute) : Car ton nom, Père, Fils et Saint Esprit, doit être loué, adoré et glorifié suprêmement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

CHŒUR : Amen.

DIACRE : (au prêtre) Daigne bénir.

Le prêtre prie pour ceux qui sont présents et dit :

PRÊTRE : Quel le Seigneur nous bénisse tous, serve avec nous et nous rende dignes de nous trouver à ce saint autel et de la descente de son Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

Le prêtre signe les saints Dons et dit à voix basse :

Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur terre aux hommes de bonne volonté. (3 fois)

Seigneur, ouvre mes lèvres et ma bouche annoncera ta louange. (3 fois)

Que ma bouche se remplisse de ta louange, que je chante ta gloire et ta majesté tout au long des jours. (3 fois)

Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

En s’inclinant à droite et à gauche, il dit à voix haute et de façon mélodieuse :

Magnifiez le Seigneur avec moi et louons tous ensemble son nom.

Et le chœur répond :

CHŒUR : L’Esprit Saint descendra sur vous et la puissance du Très Haut vous couvrira.

PRÊTRE : Que le Seigneur se souvienne de toi dans le Royaume des cieux, toujours, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

DIACRE : En paix, prions le Seigneur.

CHŒUR : Kyrie eleison. (et après chaque demande)

DIACRE : Sauve-nous, prends pitié de nous et garde-nous, ô Dieu, par ta grâce.

Pour la paix d'en haut, pour l'amour divin, pour toute l'humanité et pour le salut de nos âmes, prions le Seigneur.

Pour la paix du monde entier et pour l'union des saintes Églises de Dieu, prions le Seigneur.

Pour ce saint temple (ce saint monastère) et pour l’Église catholique et apostolique, depuis les confins du monde jusqu’aux limites les plus éloignées, prions le Seigneur.

Pour la sécurité, le salut et la protection de notre très saint Père et évêque N., pour le clergé et le peuple qui aiment le Christ, prions le Seigneur.

Pour le gouvernement de ce pays et tous ceux qui exercent l’autorité, prions le Seigneur.

Pour cette cité, toute cité, ville et village et pour tous ceux qui y habitent dans la foi orthodoxe et la sainteté, pour leur paix et sécurité, prions le Seigneur.

Pour ceux qui apportent les dons, pour ceux qui prennent soin de la beauté des saintes églises de Dieu, pour ceux qui se souviennent des pauvres, des veuves et des orphelins, des étrangers et ceux qui sont dans le besoin, et tous ceux qui nous ont demandé de nous souvenir d’eux dans nos prières, prions le Seigneur.

Pour les personnes âgées et les handicapées, les malades, celles qui souffrent, celles troublées par des esprits impurs, pour leur rapide guérison par la grâce de Dieu et pour leur sécurité et leur salut, prions le Seigneur.

Pour ceux et celles qui vivent dans la virginité, la pureté et l’ascèse et dans un saint mariage, et pour nos vénérables pères, mères et frères qui luttent dans les montagnes, dans des grottes et dans les profondeurs de la terre, prions le Seigneur.

Pour ceux qui voyagent par voie de terre, de mer et d'air, pour les chrétiens qui sont loin de chez eux, pour nos frères dans les prisons, pour leur retour paisible chez eux dans la joie, prions le Seigneur.

Pour ceux qui sont présents ici avec nous et qui prient à cette heure sacrée et à tout moment, pères, mères et frères, pour leur ferveur, leur labeur et leur disponibilité, prions le Seigneur.

Pour toute âme chrétienne affligée et en détresse qui a besoin de la miséricorde et de l’aide de Dieu, pour le retour à la maison de ceux qui ont été détournés du droit chemin, pour la santé des malades, la libération des prisonniers et pour le repos de nos pères, mères et frères qui nous ont quittés, prions le Seigneur.

Pour le pardon de nos péchés et la rémission de nos offenses, pour la délivrance de toute affliction, colère, et contrainte, et pour être protégés de l’assaut des nations, prions le Seigneur.

Avec plus d’intensité prions pour un temps favorable, des pluies pacifiques, de bonnes rosées, une récolte abondante, de belles saisons et pour le couronnement de l’année, prions le Seigneur

Pour que notre prière soit entendue et acceptable au Seigneur et qu’il nous envoie ses riches miséricordes et compassions, et pour que nous tous soyons trouvés dignes de son royaume, prions le Seigneur avec ferveur.

Nous souvenant de notre toute sainte, pure, très glorieuse et bénie Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, du saint et béni Jean, précurseur et baptiste, des saints apôtres, d’Étienne l’archidiacre et martyr, de Moïse, Aaron, Élie, Élisée, Samuel, David, Daniel, pour tous les prophètes, les saints et les justes, que par leurs prières et leur intercession nous puissions tous obtenir miséricorde.

Et pour les Dons précieux, célestes, ineffables, immaculés, glorieux, redoutables et divins, présentés ici et pour le salut de notre père et Prêtre vénérable qui préside cette assemblée et les offre, supplions le Seigneur notre Dieu.

CHŒUR : Kyrie eleison. (3 fois)

LA PRIÈRE DE L’OFFRANDE

Le prêtre s’incline et dit à voix basse :

PRÊTRE : Seigneur et Maître qui nous visite dans ta miséricorde et compassion et qui nous a accordé, humble pécheurs et tes serviteurs indignes, la grâce de nous trouver à ton saint autel et de t’offrir ce sacrifice redoutable et non sanglant pour nos propres péchés et ceux commis par ignorance par le peuple, jette un regard sur moi, ton serviteur indigne, efface mes transgressions par ta compassion et purifie mes lèvres et mon cœur de toute profanation de la chair et de l’esprit, bannis de mon esprit toute pensée basse et inconvenante, rends-moi digne de célébrer ce ministère par la puissance de ton très saint Esprit, accepte-moi par ta bonté lorsque que je m’approche de ton saint autel et agrée avec bienveillance, Seigneur, ces offrandes offertes par nos mains ; sois miséricordieux pour ma faiblesse et ne me rejette pas de ta présence. Ne méprise pas mon indignité, mais aie pitié de moi, ô Dieu, selon ta grande miséricorde et selon l’abondance de ta compassion, ne regarde pas mes offenses, afin que lorsque je viens en présence de ta gloire tel un condamné, je puisse être trouvé digne de la protection de ton Fils Unique-engendré et de l’illumination de ton très Saint Esprit, et que comme ton serviteur je trouve grâce, miséricorde et pardon des péchés, maintenant et dans le siècle à venir. Oui, Maître tout-puissant, écoute ma supplication et accorde-moi la rémission de mes actes mauvais, car c’est toi qui fais tout en toutes choses et en toutes choses nous cherchons ton aide et assistance et celle de ton Fils Unique-engendré et de ton bon, vivifiant et consubstantiel Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

PRIÈRE DE SAINT DENYS L’ARÉOPAGITE

Et il ajoute une seconde prière :

Ô Dieu, qui par ta grande et ineffable bonté pour l’humanité as envoyé ton Fils Unique-engendré dans le monde pour ramener les brebis égarées, ne nous rejette pas, nous pécheurs, lorsque nous nous engageons à célébrer ce sacrifice redoutable et non sanglant, car nous n’avons pas confiance en notre propre vertu mais en ton amour miséricordieux par lequel tu fais tienne notre race. Et maintenant aussi nous implorons et sollicitons ta bonté pour que ce mystère, qui est accompli pour notre salut, ne devienne pas cause de condamnation pour ton peuple, mais qu’il serve à effacer les péchés, renouveler les âmes et les corps, et à ton bon plaisir, Dieu et Père, car tu es un Dieu qui aime les hommes et à toi appartiennent la gloire, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

PRIÈRE DU VOILE

Nous te rendons grâce, Seigneur notre Dieu, de nous accorder la confiance de pénétrer dans ton sanctuaire par ce nouveau et vivifiant chemin, qui nous est ouvert par le voile, le chemin de la chair de ton Christ. Maintenant que nous avons été trouvés dignes d'entrer dans le séjour de ta gloire, de nous tenir derrière le voile, et de contempler ton Saint des Saints, nous nous prosternons devant ta bonté. Aie pitié de nous, ô Maître, car désirant nous tenir devant ton saint autel, et de t'offrir ce sacrifice redoutable et non sanglant pour nos péchés et pour les fautes de tout ton peuple, nous sommes remplis de crainte, ô Dieu. Envoie sur nous ta bonne grâce, sanctifie nos âmes, nos corps et nos esprits, oriente nos pensées vers la sainteté afin qu'avec une conscience pure nous puissions t'offrir un sacrifice de paix, un sacrifice de louange.

Et ayant dévoilé les voiles des mystères qui recouvrent symboliquement ce rite sacré, montre-nous en toute clarté, et remplis notre vision spirituelle avec ta lumière sans fin, et après avoir purifié notre pauvreté de toute souillure de la chair et de l’esprit, rends la digne de cette présence redoutable et craintive.

(À voix haute) : Par la miséricorde et l'amour pour les hommes de ton Fils unique, avec lequel tu es béni, et ton très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

CHŒUR : Amen.

PRÊTRE : En dévoilant les mystères qui symboliquement entourent ce rite sacré, montre-les nous clairement et remplis les yeux de nos esprits avec ta lumière incompréhensible et purificatrice de notre pauvreté de toute souillure de la chair et de l’esprit, rends-la digne de cette présence redoutable et craintive, parce que tu es un Dieu de compassion et de miséricorde sans bornes et nous te rendons gloire et action de grâces, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

PRÊTRE : Paix à tous.

CHŒUR : Et à ton esprit.

DIACRE : Tenons-nous droit ! Tenons-nous dans la crainte et avec un cœur contrit ! Soyons attentifs afin d'offrir en paix la sainte oblation !

CHŒUR : L'offrande de paix, le sacrifice de louange !

PRÊTRE : L'amour de Dieu le père, la grâce de notre Seigneur Dieu et Sauveur Jésus Christ, et la communion du Saint Esprit soient toujours avec vous.

CHŒUR : Et avec ton esprit.

PRÊTRE : Élevons nos esprits et nos cœurs.

CHŒUR : Nous les élevons vers le Seigneur.

SANCTUS

PRÊTRE: Il est digne et juste de t'offrir la louange et la grâce partout et toujours ; car toute la création visible et invisible te doit son existence. C'est en toi que nous trouvons tout ce qui est bon, la source de la vie et de l'immortalité, Seigneur et créateur de toutes choses, et sans toi rien ne peut exister. Tu es loué par les cieux, le soleil, les étoiles et la lune te vénèrent par une adoration silencieuse et sans fin, ensemble avec la terre, la mer et tout ce qui y vit. Tu es loué par la Jérusalem céleste, les esprits et les âmes des justes, des martyrs, des prophètes et des apôtres. Tu reçois la louange des anges et des archanges, des trônes et des dominations, des principautés, des puissances et des vertus, des chérubins aux innombrables yeux et des séraphins aux six ailes. Nous joignant à eux et à toute la création, nous t'offrons aussi l'hymne triomphale de ta grande gloire, chantant, proclamant et disant :

PRÊTRE : Saint, Saint, Saint, le Seigneur Sabaoth.
Le ciel et la terre sont remplis de ta gloire.
Hosanna au plus haut des cieux.
Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur.
Hosanna au plus haut des cieux !

CONSÉCRATION

Le prêtre (debout et signant les saints Dons) dit à voix basse :

Tu es vraiment saint, Seigneur et Roi des siècles, source de toute sainteté. Vraiment saint est ton Fils Unique-engendré, Notre Seigneur Jésus Christ, par qui tu as fait toutes choses! Également saint est ton Saint Esprit qui sonde toutes choses et tes mystères, Dieu et Père.

Il s’incline et continue :

Seigneur et maître tout-puissant, grand et terrible, plein de compassion et de compréhension pour toute la création, tu as créé l'homme, le façonnant de la poussière de la terre, le façonnant à ta propre image et à ta ressemblance, et tu l'as placé au paradis des délices. Lorsqu'il chuta en désobéissant à tes commandements, tu ne l'as pas abandonné, Père très bon, plutôt, tu l’as corrigé dans ton amour, tu lui envoyas d'abord la Loi et les Prophètes, puis ton Fils Unique-engendré, Notre Seigneur Jésus Christ, pour renouveler et restaurer ton image en lui. Il descendit du ciel s’incarnant par le Saint Esprit et la toujours sainte Vierge Marie et Mère de Dieu, et il vécut parmi nous. Il a accompli tout ce qui était nécessaire pour notre salut ;

lorsque lui, seul sans péché, allait jusqu'à embrasser volontairement et librement pour nous pécheurs la mort vivifiante de la croix pour nous ramener à la vie.

Le prêtre, prenant le pain, le bénit et dit à voix basse :

il prit du pain dans ses mains saintes, immaculées, sans tache et immortelles, regardant le ciel et te l'ayant offert, toi son Dieu et Père, il rendit grâce, et le bénit. Il le rompit et le donna à ses saints disciples et apôtres en disant :

Il remet le pain et dit à voix haute :

PRÊTRE : Prenez et mangez. Ceci est mon Corps, qui est rompu pour vous, en rémission des péchés.

CHŒUR : Amen.

PRÊTRE : De même, après le repas, il prit la coupe de vin coupé d'eau et regardant le ciel, il te la montra, toi son Dieu et son Père, et il te rendit grâce, la bénit, la sanctifia et la donna à ses saints disciples et apôtres en disant :

Il dépose la coupe et dit à voix haute :

PRÊTRE : Buvez-en tous. Ceci est mon Sang, le Sang de la nouvelle alliance, qui sera répandu pour vous et pour la multitude, en rémission des péchés.

CHŒUR : Amen.

PRÊTRE : Faites ceci en mémoire de moi. Aussi souvent que vous mangerez de ce pain et boirez de cette coupe, vous proclamerez la mort du Fils de l’Homme et confesserez sa résurrection, jusqu'à son retour.

DIACRE : Nous croyons et nous confessons.

CHŒUR : Nous proclamons ta mort, Seigneur, et nous confessons ta résurrection!

Le prêtre bénit les dons, s’incline et dit :

Alors, nous aussi, nous souvenant de ses souffrances vivifiantes et de sa croix salvatrice, de sa tombe et de sa résurrection des morts le troisième jour, de son ascension au ciel, de son siège à ta droite, son Dieu et Père, et de sa glorieuse et terrible deuxième venue, lorsqu'il reviendra en gloire juger les vivants et les morts et rendre à chacun selon ses œuvres – Garde-nous, ô Seigneur (3 fois) –, nous t'offrons ce redoutable sacrifice non sanglant, priant que tu ne nous traiteras pas selon nos péchés, ni ne nous récompenseras selon nos iniquités ; mais dans ta compassion et ton amour ineffable pour les hommes, oubliant et effaçant notre dette, nous qui te supplions, tu nous accordes tes dons célestes et éternels, que l’œil n’a pas vus ni l’oreille entendus, que tu as préparés et qui ne sont pas encore entrés dans le cœur humain, ô Dieu, pour ceux qui t’aiment. Et ne rejette pas ton peuple à cause de moi et de mes péchés, ô Seigneur ami des hommes.

(À voix haute) : ton peuple et ton Église t’en supplient (3 fois).

CHŒUR : Aie pitié de nous, Seigneur Dieu, Père tout puissant. (3 fois)

ÉPICLÈSE

PRÊTRE (à voix basse) : Prends pitié de nous, Seigneur Dieu, Père tout puissant. Prends pitié de nous, Dieu notre Sauveur. Prends pitié de nous, ô Dieu, selon ta grande miséricorde et envoie sur ces dons, envoie ici ton très saint Esprit (il s’incline) Seigneur et donateur de vie, assis sur le trône à tes côtés, Dieu et Père, et ton Fils unique engendré, régnant avec toi, consubstantiel et coéternel qui a parlé par la Loi et les Prophètes et par ta Nouvelle Alliance, qui descendit sous forme de colombe sur le Seigneur Jésus au Jourdain, et qui demeura sur lui, qui descendit sur tes saints Apôtres sous la forme de langues de feu dans la chambre haute de Sion saint et glorieux le jour de la Pentecôte. (En se levant) Envoie ton même très saint Esprit, envoie-le sur nous et sur ces dons que nous te présentons,

(À voix haute) : Qu’étant descendu par sa sainte, bonne et glorieuse présence, il sanctifie ce pain et en fait le saint Corps du Christ,

CHŒUR : Amen.

PRÊTRE : Et de cette coupe le précieux Sang du Christ.

CHŒUR : Amen.

INTERCESSIONS

Le prêtre bénit les saints Dons et dit à voix basse :

Qu’ils deviennent pour tous ceux qui y participent le pardon des péchés et la vie éternelle. Pour la sanctification des âmes et des corps. Pour une récolte fructueuse de bonnes œuvres. Pour la consolidation de la Sainte Église Catholique et Apostolique, que tu as fondée sur le roc de la foi, de sorte que les portes de l’Enfer ne prévalent pas contre elle, la délivrant de toute hérésie et des scandales engendrés par ceux qui causent l’iniquité, et des ennemis qui se lèvent et l’attaquent, jusqu’à la fin des siècles.

Les prêtres seuls répondent :

Amen.

Le prêtre bénit les Dons, s’incline et dit :

Nous te les offrons, Maître, pour tes lieux saints aussi, que tu as glorifiés par la divine Épiphanie de ton Christ, et par la visitation de ton très saint Esprit, spécialement pour le saint et glorieux Sion, mère de toutes les Églises ; et pour ta sainte, catholique et apostolique Église à travers le monde entier. Accorde-lui largement maintenant, Maître, les dons de ton très saint Esprit.

CHŒUR (doucement, chaque fois que le prêtre lit une intention) :

Souviens-toi, Seigneur Notre Dieu.

PRÊTRE : Souviens-toi aussi, Seigneur, de nos saints Pères et Évêques dans ton Église, qui de par le monde proclament ta parole avec vérité.

Spécialement notre saint père, notre très saint archevêque N. tout son clergé et ses prêtres, accorde-lui une vieillesse honorable, garde-le de nombreuses années, comme il guide ton peuple dans la vraie religion et le profond respect.

Souviens-toi, Seigneur, de l’ordre vénérable des presbytres ici et partout, du diaconat en Christ, de tous les autres ministres, de tout ordre dans l’Église et de notre fraternité en Christ et de tout le peuple chrétien qui aime le Christ.

(Souviens-toi, Seigneur, des prêtres présent avec nous à ce moment sacré à ton saint autel pour offrir le saint sacrifice non sanglant et donne-leur et nous une parole à la gloire et à la louange de ton très saint nom.)

Souviens-toi aussi, Seigneur, selon l’abondance de ta miséricorde et de tes gestes de compassion, de moi, ton modeste, impie et indigne serviteur, et visite-moi avec miséricorde et compassion. Délivre-moi et libère-moi de ceux qui me persécutent, Seigneur, Seigneur des Puissances. Et bien que le péché se soit multiplié en moi, ta grâce abondera encore davantage.

Souviens-toi, Seigneur, des diacres qui entourent ton saint autel et accorde leur une vie sans reproche, préserve leur diaconat pur et sans tache et accorde leur une bonne réputation.

Souviens-toi, Seigneur, de la sainte cité de toi notre Dieu, la reine des cités, de toute cité, de toute ville et village et de tous ceux qui y résident dans la foi et l’attachement orthodoxe, et de leur paix et sécurité.

Souviens-toi, Seigneur, de ceux qui voyagent par voie de terre, de mer et d’air, des Chrétiens qui sont loin de leur foyer, des prisonniers, de ceux qui subissent des tortures, de nos pères, mères et frères, et accorde leur un retour heureux dans leurs foyers.

Souviens-toi, Seigneur, des personnes âgées et handicapées, des malades, de ceux qui souffrent, de ceux agités par des esprits impurs, et pour leur rapide guérison par Dieu et pour leur sûreté et leur salut.

Souvient-toi, Seigneur, de toute âme chrétienne affligée et en détresse, et qui a besoin de la miséricorde et de l’aide du Seigneur, et du retour de ceux qui se sont égarés.

Souviens-toi, Seigneur, de ceux qui vivent dans la virginité, la pureté et l’ascèse et dans un saint mariage et de nos vénérables pères, mères et frères qui luttent dans les montagnes, dans les grottes et dans les profondeurs de la terre, et des communautés orthodoxes partout et de notre communauté ici présente.

Souviens-toi, Seigneur, de nos pères, mères et frères qui travaillent et servent pour l’amour de ton saint Nom.

Souviens-toi, Seigneur, de tous, pour notre propre bien. Prends pitié de tous, Maître. Réconcilie-toi avec nous tous. Donne la paix à la multitude de ton peuple. Fais taire les scandales ; mets fin aux guerres et aux schismes des Églises ; dissous rapidement le soulèvement des hérésies ; fais tomber l’orgueil des nations, exalte les louanges des chrétiens ; accorde-nous ta paix et ton amour, ô Dieu, notre Sauveur, espérance de toute la terre.

Souviens-toi, Seigneur, des temps favorables, des averses douces et des belles rosées, d’une récolte abondante, des saisons parfaites accompagnées du couronnement de l’année avec ta bonté. Car les yeux de tous espèrent en toi, et tu leur donnes la nourriture au moment opportun ; tu ouvres ta main et tu remplis tout être vivant de ton bon plaisir.

Souviens-toi, Seigneur, de ceux qui ont apporté et apportent des offrandes dans les saintes Églises de Dieu, de ceux qui se souviennent des pauvres, et de ceux qui nous ont demandé de rappeler leurs noms dans nos prières.

Qu’il te soit aussi agréable, Seigneur, de te souvenir de ceux qui ont apporté des offrandes aujourd’hui devant ton saint autel, et de ceux pour qui chacun les a apportées, ou que chacun a dans ses pensées, et de ceux dont les noms sont cités maintenant.

Et il fait mémoire des vivants dont il veut rappeler le nom.

Souviens-toi Seigneur, de nos parents, notre famille, frères et sœurs NN.

Souviens-toi, Seigneur, de tous les orthodoxes, de ceux dont nous avons fait mémoire ou pas. Rends-leur en dons célestes les biens terrestres qu’ils t’ont apportés, les incorruptibles pour les corruptibles, les éternels pour les temporaires, conformément à la promesse de ton Christ, car à toi appartient le pouvoir sur la vie et la mort.

Qu’il te plaise aussi, Seigneur, de te souvenir de ceux qui t’ont été agréables depuis le début de l’histoire, de génération en génération, des saints pères, mères, patriarches, prophètes, apôtres, martyrs, confesseurs, docteurs, ascètes et de tout esprit droit, rendu parfait dans la foi.

Salut, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi. Tu es bénie entre les femmes et béni est le fruit de tes entrailles, car tu as mis au monde le Sauveur de nos âmes.

Spécialement notre très sainte et bénie, immaculée Dame, Mère de Dieu et toujours Vierge Marie.

CHŒUR : Souviens-toi, notre Dieu.

PRÊTRE : Le saint et glorieux prophète, le Précurseur et Baptiste Jean, les saints apôtres et évangélistes, les saints prophètes, patriarches et les justes, les saints martyrs et confesseurs et tous les saints, non parce que nous sommes dignes de commémorer leur béatitude, mais qu’eux aussi, lorsqu’ils se trouvent devant ton terrible et redoutable tribunal, puissent en retour se souvenir de notre misère.

Il se souvient des chrétiens défunts dont il désire faire mémoire et puis il continue :

PRÊTRE : Souviens-toi, Seigneur, Dieu des esprits et de toute chair, des orthodoxes dont nous avons fait mémoire ou pas. Donne-leur le repos dans la terre des vivants, dans les délices du Paradis, dans le sein d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, là où il n’y a ni douleur, ni chagrin et ni gémissements, où la lumière de ton visage veille et brille sur nous pour toujours. Et donne une fin chrétienne à nos vies, agréable, sans péché et en paix, Seigneur, nous rassemblant autour du trône de tes élus, dans la honte et avec transgressions, quant tu veux et comme tu veux, par ton Fils Unique-engendré, notre Seigneur et Dieu et Sauveur Jésus Christ, car il est le seul sans péché qui soit apparu sur terre.

DIACRE : Et pour la paix et la stabilité du monde entier et des saintes Églises de Dieu, et ceux pour qui chacun a apporté des offrandes ou dont ils se souviennent et pour les personnes ici présentes et pour tout le peuple.

PRÊTRE (à voix haute) : Par qui, pour nous et pour eux, car toi, Maître, tu es un Dieu bon et un Maître qui aime les hommes.

PEUPLE : Remets, pardonne, ô Dieu, nos transgressions, volontaires et involontaires, en toute connaissance et par ignorance.

PRÊTRE (à voix haute) : Par la grâce, la compassion et l’amour des hommes de ton Christ, avec lequel tu es béni et glorifié et avec ton très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

CHŒUR : Amen.

PRÊTRE : Paix à tous.

CHŒUR : Et à ton esprit.

DIACRE : Encore et encore et encore et en tout temps, en paix prions le Seigneur.

CHŒUR : Kyrie eleison. (et après chaque demande)

DIACRE : Pour les dons précieux, célestes et glorieux présentés ici et sanctifiés, prions le Seigneur, notre Dieu.

Que le Seigneur Notre Dieu, les ayant acceptés sur son saint et spirituel autel dans les cieux, en odeur de parfum spirituel, nous envoie en retour sa grâce divine et le don de son très Saint Esprit, prions.

Ayant demandé l’unité de la foi et la communion du très saint Esprit, confions nous nous-mêmes les uns les autres et toute notre vie au Christ, notre Dieu.

CHŒUR : Amen.

Le prêtre, s’inclinant, dit à voix basse :

PRÊTRE : Ô Dieu et Père de Notre Seigneur et Dieu et Sauveur Jésus Christ, Seigneur dont le nom est exalté, la nature blessée, la bonté sans bornes, Dieu et Maître de toutes choses, celui qui est béni dans les siècles des siècles, qui trône sur les chérubins, est glorifié par les Séraphins, devant qui se tiennent des milliers et des milliers et des dizaines de milliers d’armées d’Anges et d’Archanges, accepte comme parfum agréable les Dons, offrandes et fruits que nous te présentons ici, par la grâce de ton Christ et la visitation de ton très saint Esprit. Sanctifie aussi, Maître, nos âmes et nos corps et nos esprits. Touche nos esprits et mets à nu nos consciences. Chasse toute pensée mauvaise, toute idée impure, tout désir et souvenir ignoble, toute parole inconvenante, tout envie, orgueil et hypocrisie, tout mensonge, toute tromperie, toute tentation mondaine, toute avarice, toute vaine gloire, toute cruauté, toute colère, toute malice, tout blasphème et toute paresse, tout mouvement de la chair et de l’esprit qui est étranger à la volonté de ta sainteté.

NOTRE PÈRE

(À voix haute) : Et rends nous dignes, Maître, Seigneur, qui aime les hommes, d’oser avec confiance et sans condamnation, avec un cœur purifié, une âme éclairée, un visage sincère et des lèvres sanctifiées t’appeler, toi, le Dieu saint du ciel, Père, et de dire :

CHŒUR : Notre Père qui es aux cieux, que ton Nom soit sanctifié,
que ton règne arrive, que ta volonté soit faite
sur la terre comme au ciel ;
Donne-nous aujourd’hui notre pain substantiel,
remets-nous nos dettes comme nous remettons à nos débiteurs,
et ne nous soumets pas à l’épreuve, mais délivre-nous du Malin.

PRÊTRE (à voix basse) : Et ne nous soumets pas à l’épreuve que nous ne pouvons pas endurer, Seigneur, Seigneur des puissances, toi qui connais notre faiblesse, mais délivre-nous du mauvais et de ses œuvres, et de toute son influence et ruse, pour l’amour de ton saint Nom, qui a été invoqué sur notre bassesse.

(À voix haute) : Car à toi appartiennent le règne, la puissance et la gloire, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

CHŒUR : Amen.

PRÊTRE : Paix à tous.

CHŒUR : Et à ton esprit.

DIACRE : Inclinons la tête devant le Seigneur.

CHŒUR : Devant toi, ô Seigneur.

PRÊTRE (s’incline et dit à voix basse) : Nous, tes serviteurs, Seigneur, avons incliné notre tête devant ton saint autel dans l’espoir de recevoir tes grandes miséricordes. Envoie-nous, maintenant, Maître, ta grâce abondante et ta bénédiction, et sanctifie nos âmes, nos corps et nos esprits, afin que nous devenions des communiants et des participants dignes de tes saints mystères pour le pardon et la vie éternelle.

(À voix haute) : Et la grâce et les miséricordes de la sainte, consubstantielle, incréée et indivisible Trinité toute-digne d’adoration soit avec nous tous.

CHŒUR : Et avec ton esprit.

DIACRE : Soyons attentifs.

Le prêtre se signe, élève le pain et dit à voix basse :

Saint Seigneur, qui demeure dans ton lieu saint, sanctifie-nous par ta grâce et la venue de ton très saint Esprit. Car tu as dit, Maître, " Soyez saints, parce que moi, le Seigneur, je suis saint ".

Dieu au-delà de toute intelligence, Verbe consubstantielle avec le Père et le Saint Esprit, coéternel et inséparable, accepte de moi, pécheur, avec les Chérubins et les Séraphins, cette hymne pure parmi tes saints sacrifices non sanglants, alors que je proclame et je dis :

(À voix haute) : Les choses saintes pour les saints.

CHŒUR : Un seul est saint, un seul est Seigneur,
Jésus Christ à la gloire de Dieu le Père
avec le Saint Esprit,
à qui appartient la gloire dans les siècles des siècles.

Ensuite le prêtre rompt le pain et tient une moitié dans sa main droite et l’autre dans sa main gauche. Il dépose la parcelle dans sa main droite dans le calice en disant :

PRÊTRE : Union du très saint Corps et du précieux Sang de notre Seigneur et Dieu et Sauveur Jésus Christ.

Et il bénit la parcelle dans sa main gauche et les change de main, tenant toujours les deux parcelles. Il bénit l’autre parcelle. Joignant ensuite les deux parcelles et en trempant les deux autres extrémités dans le calice et bénissant les pains qui restent, il dit lorsqu’il trempe chaque parcelle, la parole d’union et commence de suite à les diviser, plaçant tout d’abord une partie dans chaque calice en disant :

PRÊTRE : Elle a été unifiée et sanctifiée et rendue parfaite, au nom du Père du Fils et du Saint Esprit.

COMMUNION

Ensuite il fait des doubles parts pour chacun des membres du clergé et les trempe dans le calice. Après l’achèvement du Gloire, le diacre dit :

Chantons dans la paix du Seigneur.

CHŒUR : Goûtez et voyez comme le Seigneur est bon.

DIACRE : Maître, bénis.

PRÊTRE : Dieu est béni, lui qui te bénit et qui sanctifie ceux qui partagent la crainte de Dieu et tous ceux qui vont communier dans la foi.

Et le clergé répond :

CLERGÉ : Amen.

Et quand il est prêt à communier :

Maître, Seigneur notre Dieu, Pain céleste, nourriture pour le monde entier, j’ai péché devant le ciel et devant toi, et je ne suis pas digne de prendre part à tes saints et immaculés mystères. Mais par ta bonté et tes souffrances longanimes et indicibles, rends-moi digne, sans condamnation ni honte, de prendre part à ton très saint Corps et ton précieux Sang pour le pardon des péchés et la vie éternelle.

Ensuite il communie et distribue aux clercs, et lorsque le diacre lève le calice, il dit :

DIACRE : Bénis, Maître.

PRÊTRE : Gloire à Dieu qui a sanctifié et nous sanctifie tous.

PRÊTRE et DIACRE : Sois exalté dans les cieux, ô Dieu, et que ta gloire brille sur toute la terre, et que ton royaume subsiste pour les siècles des siècles.

PRÊTRE : Béni soit le nom du Seigneur notre Dieu dans les siècles des siècles.

DIACRE : Avec crainte de Dieu et foi, approchez.

En bénissant les fidèles tout en donnant la communion, le prêtre dit :

Le saint Corps de Notre Dieu et Sauveur Jésus Christ est distribué aux fidèles pour le pardon et la vie éternelle.

La communion est habituellement donnée sous les deux formes séparément. Lorsqu’il donne le pain consacré, il dit :

PRÊTRE : Le Corps du Christ.

Le communiant répond :

Amen.

Pour la coupe le prêtre dit :

Le Sang du Christ, la coupe du salut.

Le communiant répond :

Amen.

À la fin de la communion des fidèles, le peuple dit :

PEUPLE : Remplis ma bouche de ta louange, Seigneur,
remplis mes lèvres de joie,
que je puisse chanter une hymne à ta gloire.

LA PRIÈRE DE L’ENCENS – ACTIONS DE GRÂCES

Le prêtre dit à voix basse, en encensant les saints Dons :

PRÊTRE : Nous te remercions, Seigneur, Dieu de toutes choses, pour toutes les bonnes choses que tu nous as accordées, et pour la communion à tes saints et immaculés mystères, et nous t’offrons cet encens et te demandons : Garde-nous sous la protection de tes ailes et compte-nous dignes jusqu’à notre dernier soupir de prendre part à tes saints mystères, pour la sanctification de nos âmes et de nos corps, et pour l’héritage du royaume des cieux, car toi, ô Dieu, tu es notre sanctification, et nous te rendons gloire et nous te rendons grâces, Père, Fils et Saint Esprit.

DIACRE : Nous te rendons grâces, ô Christ, Notre Dieu, de que tu nous as jugés dignes de prendre part à ton Corps et ton Sang pour le pardon des péchés et la vie éternelle. Garde-nous, nous te supplions, sans condamnation, car tu es bon et tu aimes les hommes.

Ensuite le prêtre dit une autre prière de l’encens :

PRÊTRE : Tu nous as réjouis, Seigneur, par l’union avec toi, et nous t’offrons cet encens de reconnaissance, fruit de nos lèvres, en confessant ta grâce. Qu’il monte, ô Dieu, et ne descende pas vide, mais accorde aussi le myron pur et durable de la bonne odeur de ton très saint Esprit. Remplis notre bouche de louange et nos lèvres et nos cœurs avec joie dans le Christ Jésus notre Seigneur, avec lequel tu es béni, ainsi que ton très saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

DIACRE : Encore et encore en tout temps en paix, prions le Seigneur.

CHŒUR : Kyrie eleison.

DIACRE : Que la communion à tes saints dons devienne pour nous éloignement de tout mal, provision pour le voyage de la vie éternelle, communion et don du Saint Esprit, prions :

Faisant mémoire de la toute sainte, pure, très glorieuse et bénie Dame, la Mère de Dieu et toujours Vierge Marie, avec tous les Saints et les Justes, confions nous nous-mêmes les uns les autres et toute notre vie au Christ notre Dieu.

CHŒUR : À toi, Seigneur.

PRÊTRE : (à voix basse) Ô Dieu, qui par une grande et indicible compassion, es descendu jusqu’à la faiblesse de tes serviteurs, et nous as jugés dignes de prendre part à cette table céleste, ne nous condamne pas, pécheurs, pour avoir communié à tes saints mystères, mais garde-nous, ô Très Bon, dans ta sanctification, afin qu’en devenant dignes de ton très saint Esprit, nous trouvions part et héritage avec tous les Saints, qui depuis le commencement t’ont été agréables, à la lumière de ta face, par la compassion de ton Fils Unique-engendré, notre Seigneur et Dieu et Sauveur Jésus Christ, avec qui tu es béni et glorifié, ainsi que ton très bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

(À voix haute) : Car béni et sanctifié et glorifié est ton très honoré et majestueux saint Nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

CHŒUR : Amen.

PRÊTRE : Paix à tous.

CHŒUR : Et à ton esprit.

DIACRE : Inclinons la tête devant le Seigneur.

CHŒUR : Devant toi, Seigneur.

PRÊTRE : (à voix basse) Ô Dieu, grand et merveilleux, regarde tes serviteurs, car nous avons incliné la tête devant toi, étends ta main puissante remplie de bénédictions, bénis ton peuple et garde ton héritage, afin qu’à tout moment nous puissions te glorifier, toi notre seul et unique vrai Dieu vivant, la sainte et consubstantielle Trinité, Père, Fils et Saint Esprit.

(À voix haute) : Car à toi appartiennent et te sont dus de nous tous, toute gloire, honneur, adoration et action de grâces, Père, Fils et Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

CHŒUR : Amen.

DIACRE : Dans la paix du Christ, allons.

CHŒUR : Au nom du Seigneur, Maître, bénis.

PRÊTRE : Tu nous as sanctifiés, Maître, par la communion au très saint Corps et précieux Sang de ton Fils Unique-engendré, notre Seigneur et Dieu et Sauveur Jésus Christ. Accorde-nous aussi la grâce de ton bon Esprit, garde-nous sans reproche dans la foi et conduis-nous à la parfaite filiation et rédemption et à la joie éternelle à venir, car toi et ton Fils Unique-engendré et ton très saint Esprit sont notre sanctification et notre illumination, ô Dieu, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

Avançant de puissance en puissance et après avoir accompli dans ton Église tout le ministère divin, nous te demandons maintenant aussi, Seigneur notre Dieu, de nous compter dignes de ton amour parfait des hommes. Rends droit notre chemin, enracine ta crainte en nous, prends pitié de nous tous, et déclare-nous dignes de ton céleste royaume en Jésus Christ Notre Seigneur, avec tu es béni et glorifié, ainsi que ton très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

DIACRE : Demeurons dans la paix du Christ.

PRÊTRE : (à voix haute) Béni est Dieu, qui bénit et sanctifie, protège et donne la paix, et préserve la vie de nous tous par la communion à ses saints, immaculés et vivifiants mystères, que nous avons été jugés dignes de recevoir, toujours, maintenant et à jamais, et dans les siècles des siècles. Amen.


Ce texte est disponible en format Word.
Écrivez-nous : thabor [arobase (@)] megaweb.ca.

Introduction à la Divine Liturgie

Début de la Page Page d'Accueil

Dernière mise à jour le 10-10-08.